Le service aux entreprises : Ecobatys, pôle performance de l'écoconstruction

Le contexte de la mission éco-construction

L’étude-action conduite en 2008 par l’observatoire du PAYS DE FOUGERES et intitulée  :
« L’ECOCONSTRUCTION : OPPORTUNITE DE DEVELOPPEMENT POUR LES ENTREPRISES ARTISANALES DU PAYS DE FOUGERES ? » (Financement CPER) a donné lieu à une mobilisation de l’ensemble des acteurs de la filière et du territoire. Sous l'égide de la MFP, une démarche de développement de l'éco-construction a été l'objet d'une concertation importante et a abouti à des propositions de formations adaptées aux besoins des entreprises.

Aujourd’hui, cette mobilisation se traduit par un plan de développement territorial de l'éco-construction, sous la conduite du PAYS de FOUGERES en partenariat avec le Conseil Régional et avec des financements de la Région et de l’état.

L’ensemble des actions mises en œuvre est une réponse aux carences constatées lors de l’étude-action. Elles concernent en priorité le volet FORMATION DES SALARIES DES ENTREPRISES ET DEMANDEURS D'EMPLOI. Pour mémoire, en 2008, 3 % des entreprises interrogées avaient suivi une formation à l’éco-construction.

Le pays de Fougères est particulièrement touché par la crise actuelle, le BTP est un secteur majeur sur le territoire. L'éco-construction répond à la fois à un besoin avéré lié au changement climatique et à la raréfaction de l'énergie, tout en offrant à une opportunité de développement d'activités et donc d'emplois.

Le PAYS a facilité la réunion d'acteurs complémentaires et déterminants dans le domaine de l'éco-construction. Ces derniers se sont fortement impliqués : CRMA, CAPEB, FFB, partenaires sociaux, Syndicats, Mission locale, Pôle Emploi, DDTEFP, Région,...

L’action prioritaire a été de rédiger un PLAN DE FORMATION TERRITORIAL. La chambre de Métiers et l’ensemble des organisations patronales ont travaillé sur ce document. Une partie des chefs d’entreprise du territoire a été rencontrée pour adhérer à cette démarche. Ils se sont vu proposer une sensibilisation au plus près de leur outil de travail, et à des horaires compatibles avec leur métier (« En parler chez moi, le soir à 20 heures… »).

Les syndicats, très présents depuis le démarrage du projet, ont aussi rappelé tout leur intérêt pour la démarche.

Ces actions et ces rencontres ont aussi permis de souligner des manques qui restent à combler pour développer une réelle stratégie de formation et de développement de l’éco-construction, tant sur le Pays de Fougères qu’à un niveau plus régional. C’est bien l’objectif principal du projet « ÉCOBATYS PÔLE PERFORMANCES ÉCO-CONSTRUCTION ». Le résultat positif à l’appel à projet Pôle d’Excellence Rurale : «ÉCOBATYS PÔLE PERFORMANCES ÉCO-CONSTRUCTION ET BÂTIMENTS BLANCS EXEMPLAIRES » nous permet d’étendre et de renforcer la dynamique engagée par un travail d’équipe et de partenariats efficaces.

Ce travail se développe autour de trois objectifs majeurs :
  • Former pour adapter les compétences de la filière bâtiment ;
  • Favoriser la synergie entre les organismes et les institutions de formations initiales et continues ;
  • Encourager l’ingénierie et la recherche territoriale.

Le plan de développement territorial de L’ECO-CONSTRUCTION

Former pour adapter les compétences de la filière bâtiment

LES ENTREPRISES RENCONTREES

En 2013, 20 entreprises nouvelles ont été rencontrées directement sur le terrain.

  2009-2011 2011-2012 2012-2013 Total visite
 Nombre d'Entreprises 113 8 20 141
 Nombre de Personnes 120 8 20 148

Soit 34 % des entreprises du territoire rencontrées entre 2009 et 2013.

LES ENTREPRISES FORMEES

 On passe donc de 3 % des entreprises en 2008 à 31 % en 2013.


 2009-2011s 2011-2012 2012-2013 Total Formation cumulée
Nombre d'Entreprises 71 30 30

131

Une même entreprise a pu assister à plusieurs formations
 Nombre de Personnes 143 49 30 222

 


Les entreprises continuent à se former de façon régulière. Malgré tout ce nombre est insuffisant au vu des grandes modifications liées à la labellisation RGE (Reconnu Garanti Environnement). La situation de crise et de manque de lisibilité économique explique très certainement ce manque d’anticipation pour la formation. En 2014 ce chiffre va très certainement grimper.

LES ENTREPRISES QUALIFIEES

  2009 2010 20112014  Déclarée
 Qualibois 2 2 3 3
 QualiPV 5 10 14 3
 Qualisol 8 4 7 5
 Qualibat RGE    5
 Qualif_elec    5
 Eco-artisan    5
 

15

16

 24 26

Depuis 2009, 33 entreprises ont renouvelé ou se sont inscrits dans une démarche de qualification. Ce tableau montre, là encore, l’impact de la santé économique de la filière bâtiment sur l’inscription aux différentes qualifications. En 2014, 36 entreprises supplémentaires devraient obtenir la qualification RGE car elles ont suivi les formations adéquates.

On passe donc de 4,6 % des entreprises en 2009 à 6 % en 2013.
Pour la formation les partenariats se confirment

Favoriser la synergie entre les organismes et les institutions de formations initiales et continues

ADAPTATION DES FORMATIONS

Depuis 2012 : formation "Pose de fenêtre performante" développée grâce à un partenariat avec le GRETA.
Septembre – décembre 2012 - formation de 10 demandeurs d’emploi

En 2013 le GRETA a développé des formations sur mesure pour les entreprises.
L'Entreprise Pasquet a formé 36 salariés en 2013, commerciaux et agents de production. L’entreprise va former l’intégralité de ses salariés soit environ 200 personnes.
Formation Entreprise en direct sur mesure des 2 gérants et de 6 salariés : Objectif de préparation à la certification pose de l’UFME.


Encourager l’ingénierie et la recherche territoriale.

Les projets exemplaires

Saint-Marc le Blanc

Le projet se décompose en deux parties : d’une part la rénovation de la bâtisse en pierre maçonnée à la terre et, d’autre part, la construction neuve en parpaing et pierre. Nous nous attarderons donc plutôt sur la rénovation.
Le maître d’ouvrage avait la volonté de porter un projet de rénovation à un faible impact environnemental, tout en restant performant. Le projet architectural a maximisé l’usage des matériaux locaux (pierre/bois), et biosourcés (blocs chaux/chanvre, enduits chaux-chanvre, terre et chaux-sable), ainsi que le recyclage : usage des pierres en granit du mur d'enceinte déconstruit, récupération du bois de l’ancienne charpente.
Un chantier d’insertion a été mis en place pour monter les blocs de chaux et de chanvre et réaliser les enduits de finition intérieurs en chaux chanvre, chaux – sable et terre. Le chantier d’insertion est également intervenu sur la réfection des joints extérieurs en mélange Weber. Ce chantier a été encadré par études ET chantiers.
Un souci particulier a été porté sur la qualité des matériaux de finition, afin de garantir une bonne qualité de l’air. (Peinture labélisée Ecolabel, enduits terre).
47 personnes ont participé au test d’étanchéité. Les résultats sont : taux de renouvellement d'air volontaire de 8,2 vol/h. (indice n50) soit 1,86 m3/h.m² (indice Q 4Pasurf).

Mellé

La station éco-habitat représente la restauration exemplaire d’une maison du 17ème siècle, au travers d’une mise en valeur du patrimoine rural et du développement durable. Ce projet allie performance énergétique, matériaux biosourcés, savoir-faire et compétences locales.
En tant que support pédagogique, la station éco-habitat présente plusieurs solutions techniques d’isolation des murs :
La façade Nord, composée d’un simple panneau de bois et d’une porte condamnée, a été décalée et remplacée par une ossature bois, avec une fibre de bois en répartie et isolation par l’extérieur, avec une fibre de bois enduite (chaux/sable), la finition intérieure est en placo© peint.
Les façades Sud et Ouest ont été isolées par l’intérieur, avec des briquettes de chaux-chanvre, tandis que le vide entre le mur d’origine et les parois a été comblé avec du chanvre en vrac. La finition est un enduit à la chaux.
Sur le mur mitoyen Est, le choix s’est porté sur une ossature bois remplie de fibre de bois dense ; une lame d’air de 3 cm a été aménagée entre le mur de pierre et l’ossature. La finition a été réalisée en bardage bois dans la chambre et le salon, en placo© dans la salle de bains.
L’isolation des combles se compose quant à elle de ouate de cellulose soufflée sur 40 cm d’épaisseur. Quant au sol du rez-de-chaussée, il est isolé avec du liège en vrac entre les lambourdes du parquet de chêne local.
Le bois, choisi comme source d’énergie pour le chauffage, alimente un poêle à granulés. Enfin, deux puits de lumière, l’un dans l’escalier et l’autre dans la salle de bains, apportent la lumière naturelle jusqu’au fond du logement.
20 personnes ont participé au test d’étanchéité, dont toutes les entreprises. Ce test nous indique un taux de renouvellement d'air volontaire de 5 vol/h. (indice n50) soit 1,13 m3/h.m² (indice Q 4Pasurf).

Chauvigné, ils « Ecobatys » : Inauguration du 1er chantier

Convaincus de la nécessité de développer une dimension sociale et environnementale au sein de l’entreprise, M. et Mme Bobon ont souhaité engager un programme de travaux qui s’est décliné en deux volets :

  • La création d’un gîte rural familial destiné à un public fragilisé (5 places)
  • La mise en accessibilité des équipements existants
  • Afin d’être exemplaires et cohérents avec cette démarche sociale, ils ont rénové l’ancien fournil en expérimentant l’éco-conception et l’éco-construction.

La conception a permis de conserver le caractère du bâti existant et du fournil. L’architecte a choisi de ne faire ni percement ni baies dans les façades pour préserver le style architectural. Pour l’extension, le maitre d’ouvrage et le maitre d’œuvre ont choisi d’utiliser des matériaux plus contemporains, comme la tôle pour la toiture, et ce en toute sobriété pour conserver une lisibilité maximale du fournil originel.



Un Chantier collectif
Avec l’appui de la mission « éco-construction » du Pays de Fougères, nous avons mis en place les conditions d’une vraie co-construction, en impliquant les maîtres-d’œuvre et les artisans de la conception jusqu’à la réalisation du projet.

Un Chantier école
Dans le cadre du projet européen "Inater", l’association Etudes et Chantiers met en œuvre la formation : Blocs chaux chanvre et enduit de finition. Les artisans du Pays de Fougères sont invités à suivre ou à participer au chantier, lors des journées formation les 14, 22 et 23, et 29 juin 2011. Les solutions techniques mises en œuvre tendent vers un bâtiment basse consommation et respectent la réglementation RT 2012.

Un Chantier environnemental
Les choix des matériaux (bloc de chanvre) et de mise en œuvre, privilégient les matériaux à faible impact environnemental. Le projet s’appuie sur la montée en compétences des artisans de proximité et des personnes en parcours d’insertion.

Un Chantier social
Le gîte est créé, particulièrement dans le but d’accueillir des publics fragilisés, afin de contribuer à la mixité sociale. Cette démarche engage les maîtres-d’ouvrage dans une dimension de tourisme social.

Un Chantier témoin
Le bâti créé, utilisé en gîte, dans un environnement ouvert au public, permettra la vulgarisation des solutions mises en œuvre.

30 personnes ont participé au test d’étanchéité, dont beaucoup entreprises.Le test d’étanchéité indique un taux de renouvellement d'air volontaire de 3,2 vol/h. (indice n50) soit 0,73 m3/h.m² (indice Q 4Pasurf)

Le Forum ouvert du 9 et 10 février 2012

  
En 2008 l’Observatoire du Pays de Fougères réalise l’étude-action : « L’ Écoconstruction : opportunité de développement pour les entreprises artisanales du Pays de Fougères ? ».
En 2010 nous avons déposé le dossier POLE D’EXCELLENCE RURALE, « ÉCOBATYS PÔLE PERFORMANCES ÉCOCONSTRUCTION ET BÂTIMENTS BLANCS EXEMPLAIRES » en concertation avec les professionnels et des élus du territoire.

En 2011 l’État donne une impulsion positive supplémentaire à nos ambitions en nous labellisant. Il nous faut maintenant finaliser la programmation et construire ce projet d’envergure pour le territoire en 2012 et 2013.
Coglais Marches de Bretagne est le Maître d’Ouvrage d’ECOBATYS et d’un bâtiment blanc exemplaire, en parallèle, le Coglais est en phase de programmation pour son siège social et pour la rénovation de la pépinière d’entreprises de la zone de Saint Eustache à Saint Etienne en Cogles.
C’est donc tout naturellement que nous nous appuyons sur ces projets pour mettre en place une démarche innovante de réflexion collective autour du thème plus large de :

La méthode inédite mise en place à donner à chacun l’opportunité d’apporter sa pierre à l’édifice. Elle est tout sauf un simple débat : Il s’agit de la technique conviviale du « Forum Ouvert », très utilisée outre Atlantique, garantissant une richesse de propositions et un respect des idées de chacun. Elle a déjà été utilisée en France par le bureau d’études Wigwam Conseil qui accompagne la maîtrise d’ouvrage sur ce projet.